Depuis le dernier festival les choses se sont tendues, 2019 a commencé dans la difficulté, entre crise sociale, montée du nationalisme à travers le monde, la Corée du Nord, l’Italie, l’Algérie en pleine contestation, les États-Unis et la frontière mexicaine...Comment participer à une amélioration dans le contexte actuel, comment faire évoluer la situation mondiale... Ce sont des questions valides et que chacun d'entre nous pourrait se poser. Platon disait déjà en son temps que la musique adoucissait les mœurs...

Mais est-ce qu’un festival de jazz peut faire quelque chose, peut-il participer à ces vertus éducatives et apaisantes que nous cherchons tous et que la musique est supposée nous apporter ?

Cette année nous essayons de résoudre cette énigme en allant dénicher pour vous les « bonnes vibrations » aux spectateurs de tous horizons, qu'ils soient locaux ou venant d'un peu plus loin,

sans oublier nos amis allemands qui n'hésitent pas à franchir la frontière pour venir passer des soirées avec nous. Ces groupes qui sont les « feel good » du jazz, ceux qui mettent vous mettent la « banane » et la bonne humeur.

Sur la base de thématiques comme l’année dernière, nous vous ferons voyager avec du jazz prenant ses racines en Afrique et aux Caraïbes, une soirée 100 % française avec comme tête

d’affiche le trompettiste Ibrahim Maalouf, une soirée autour de la nouvelle génération du jazz et pour finir sur un dimanche fait de groove et de blues.

Même si pour certains ce concept pourrait sembler abstrait, je vous donne rendez-vous en juin prochain pour l’édition 2019 du festival et vérifier par vous-même l’importance de la démarche. Vous en ressortirez, j’en suis sûr, revigoré, vivifié et prêts à affronter les problèmes du monde avec plus de sérénité avec un sentiment de plénitude jusqu’en juin 2020...

Bon festival 2019 :)

Jean-Noël Ginibre, programmateur du festival

Capture d’écran 2018-05-29 à 11.26.40